« Quand vous sortirez d’ici, vous serez toutes et tous incollables sur le budget participatif »

BUPA COLLEGE LANGEVIN WALLON - ROSNY FRO_6706_FR_11-03-2022.jpg

Dans la salle de restauration du collège Langevin-Wallon (Rosny-sous-Bois) où se tient une nouvelle réunion publique sur le budget participatif départemental, une dame dans l’assistance s’inquiète : « Comment ça marche un budget participatif ? Qu’est-ce que les habitants peuvent concrètement proposer ? » Thierry, l’animateur de la soirée, rétorque aussitôt d’un ton rassurant : « Quand vous sortirez d’ici, vous serez toutes et tous incollables sur le sujet. » C’est en effet aussi à ça (outre le dépôt de projet) que servent les 21 réunions publiques qui se déroulent actuellement (et jusqu’au 2 avril) dans les 21 cantons du département de la Seine-Saint-Denis : informer, conseiller, partager.


dd1fb1fb93be63afb25767b5a1b40f8328193016.jpeg

 

Vendredi 11 mars, à Rosny-sous-Bois, certain.e.s participant.e.s sont, comme Esther ou Christian, venus par curiosité, « juste pour voir comment se déroule une réunion, entendre les autres propositions. » Franck, pour savoir si « ses idées collent avec les conditions posées par le Département ». Et puis, il y a les autres, comme Fatia, Marie-Laure ou Bertine qui arrivent avec des projets déjà mûrs. « Il n’y a jamais eu de budget participatif à Rosny-sous-Bois, on attendait donc celui-ci avec impatience », dégaine Fatia, prof de lettres au Raincy. Elle souhaiterait que les routes départementales de la ville soient dotées d’arceaux vélo et d’une signalétique dédiée aux mobilités douces, « notamment sur les axes où il n’y a pas de pistes cyclables. »

 

Marie-Laure est tout aussi déterminée, qui propose que « des expos photos soient régulièrement organisées sur les parvis des trois collèges de Rosny-sous-Bois. Cela égaierait les lieux et permettrait de sensibiliser et favoriser l’accès de tous les élèves à l’art », estime celle qui travaille à la mission locale. Enfin, le bâtiment qui abrite le service d’aide sociale à l’enfance (rue du Maréchal Maunoury) mériterait « un petit coup de frais », selon Bertine. « Cet espace qui accueille des personnes, des familles parfois en détresse doit être plus attirant. Il faudrait nettoyer et repeindre la façade et rendre les salles plus lumineuses. » Affaire à suivre. En septembre prochain, pour rappel, tous les projets seront soumis au vote. Ceux qui sont élus seront financés et réalisés par le Département.