Budget participatif : la première réunion publique s’est tenue le 9 mars à Sevran

photo sevran.jpeg

Ça y est, c’est parti ! Le centre culturel Micro-Folie de Sevran a été le théâtre, mercredi 9 mars, de la première réunion publique du premier budget participatif départemental de la Seine-Saint-Denis. Un événement qui marque, à n’en pas douter, le début d’une belle aventure. « Ce soir, nous essuyons les plâtres, c’est pour nous une vraie découverte, a déclaré en préambule le président du Département Stéphane Troussel. L’objectif est de travailler à une plus grande proximité avec les habitant.e.s pour les impliquer davantage dans la vie démocratique. »

 

Ces réunions seront organisées dans les 21 cantons du Département jusqu’au 2 avril. L’occasion pour les habitants d’échanger sur leur idée, de se renseigner sur les modalités de dépôt ou encore de demander des conseils. Dans la salle, les participant.e.s résident ou travaillent à Sevran et Villepinte, les deux communes comprises dans le canton de Sevran. Parmi eux, Karim, comédien et metteur en scène de son état, qui plaide pour l’installation d’une œuvre d’art, « une sculpture idéalement », sur le parvis du collège Evariste-Galois de Sevran. « L’art dans l’espace public, ça ouvre l’imaginaire, permet de s’échapper », estime cet habitant de Montreuil.


1caeb3d7a8518a1c981de2fb06759b56fe8cebe3.jpeg


Sur une autre table, Hanaine et Malika, représentantes de parents d’élèves FCPE à Villepinte, couchent sur papier leurs idées. « J’aimerais que la grille qui sépare le collèges des Mousseaux du boulevard Robert Ballanger, à Villepinte, soit recouverte de grands panneaux vierges sur lesquels les élèves pourraient réaliser des fresques sur des sujets qui leur tiennent à cœur, détaille Hanaine. On pourrait imaginer que cela prenne la forme d’un concours et qu’il y ait une remise de prix à la fin. » Ayant fait le constat qu’un nombre croissant d’élèves se rendent au collège en trottinette électrique, Malika verrait quant à elle d’un bon œil l’apparition d’une borne de recharge sur le parvis du collège Camille-Claudel (Villepinte).

 

Et puis il y a Nacera, venue non pas pour elle mais pour défendre les idées de son fils Idriss, 6 ans et demi, trop jeune, de fait, pour déposer son bulletin dans l’urne (il faut avoir au minimum 11 ans). « Il a des projets plein la tête, explique la Sevranaise. Il a par exemple remarqué qu’il n’y avait pas de paniers de basket adaptés à la taille des enfants. Des arceaux rabaissés qui pourraient également profiter aux personnes à mobilité réduite. » Dans la longue liste du bambin, citons aussi cette proposition : un distributeur gratuit de sacs à déjections canines que l’on retrouverait dans les parcs et sur les trottoirs bordant les routes départementales. Idriss, futur élu du Département ?